34ème édition du festival Art Rock


Pour la 34ème édition du festival Art Rockadscite met plusieurs places en jeu et invite J.M. Boinet, le co-créateur et directeur artistique actuel du festival, à s’exprimer.

adscite vous fait gagner des places pour le vendredi et le dimanche au festival Art Rock, à Saint-Brieuc en Bretagne. Il suffit de commenter cette publication ! – Plus d’informations en bas de l’article.

RENCONTRE AVEC JM BOINET, DIRECTEUR DU FESTIVAL ART ROCK

Quelle est la brève histoire du festival Art Rock ?

L’histoire d’Art Rock est bien longue, nous fêtons la trente-quatrième édition cette année. Déjà à la fin des années 1970, nous organisions des concerts et des tournées en Bretagne. Avec des artistes comme Magma, Téléphone ou Dr. Feelgood, pour le rock anglais. Puis en 1983, Marie Lostys et moi avons eu l’idée de créer le festival Art Rock dans le centre ville de Saint-Brieuc. Nous voulions comme ligne directrice de s’ouvrir au rock, naturellement, mais aussi aux expressions artistiques pluridisciplinaires. Nous voulions associer la musique actuelle à la danse, au cinéma, au théâtre, à l’art de rue, et surtout à l’art contemporain.
Là, je quitte justement l’artiste contemporain Vincent Ganivet qui est très heureux d’être pour la première fois programmé dans un festival rock.

Art Rock est aujourd’hui une aventure qui continue. Nous tentons chaque année de passer un échelon dans la diversité, dans l’originalité, dans la singularité, tout en continuant à nous pencher sur les musiques actuelles. Elles ont un pouvoir follement énergisant. C’est une aventure qui continue car nous regardons aussi en arrière, nous gardons un œil sur le rétroviseur pour nous rappeler les débuts. Art Rock présenta les premières œuvres mobilières de Philippe Starck, il exposa Andy Warhol l’année de sa mort. Au milieu des années 1980, nous organisions de grands spectacles de rue avec Royal de Luxe ou de belles performances avec La Fura dels Baus. En 1989, nous invitions Björk, Alain Bashung, La Mano Negra

On arrive ensuite à l’année 1990, où le plateau était incroyable, avec de nombreuses créations artistiques et la présence de Public Enemy et Miles Davis. Maintenant, vingt-sept ans après cette folle année 1990, nous tentons garder le même état d’esprit et de toujours proposer des belles programmations.

adscite-musique-art-rock-titouan-masse

The Shoes © Titouan Massé

Prenons l’édition 2017 en exemple. Comment le festival Art Rock fait-il la passerelle entre un artiste français qui remplit des Zenith comme Julien Doré et un artiste comme Bombino que nous avons découvert sur Arte ?

C’est un souci d’équilibre associé à une logique de montée en puissance entre les soirées. Nous tentons chaque année de faire un savant mélange entre ce que les gens attendent et des artistes plus intimes, qu’il est important de découvrir. Je vais prendre l’exemple de Christine and the Queens. En 2015, nous avions programmé sa venue quelques mois avant qu’elle explose. Quand elle s’est produite à Art Rock c’était un moment magnifique, elle a fait une entrée de diva devant un public qui n’attendait qu’elle. Il faut toujours être attentif pour ne pas passer à côté de belles programmations. En 1994, nous avons invité Blur sans nous fier aux photos que le label nous avait envoyé. Les membres du groupe ressemblaient tous à des gamins. Finalement, regardez où en est Damon Albarn aujourd’hui. (Damon Albarn est avec Jamie Hewlett à l’origine de Gorillaz, ndlr).

Pour en revenir à Julien Doré, j’ai eu la chance de le voir plusieurs fois en concert, il assure vraiment. Son dernier album est magnifique, il est très attachant. De multiples raisons de l’inviter en somme.

Comment faire pour lier les univers de la musique et des arts dans une programmation qui tient la route ?

Les clés sont de rester attentif et d’être ouvert. Par exemple, moi qui aime beaucoup la musique, je ne me restreins pas. J’écoute du jazz, j’adore Miles Davis, mais je me retrouve aussi parfaitement dans l’électro, le hip-hop, la chanson et le rock. J’applique la même méthode pour l’art. Je visite de nombreuses galeries d’art contemporain, je me rends dans les différents festivals d’art électronique qui fleurissent depuis plusieurs années. Tous ces éléments se retrouvent dans la programmation. Art Rock est un événement qui traduit nos passions. Pour l’art et la technologie, nous avons fait une édition sur les robots. Pour la mode, nous avons invité le créateur Jean-Charles de Castelbajac comme directeur artistique d’une édition baptisée « Yeah !!! La Mode ». Parce que nous aimons aussi le cinéma, nous avons donné une carte blanche, il y a quelques années, à Olivier Assayas.

adscite-musique-art-rock-fantomes-guilhem-de-castelbajac

Fantômes, Jean-Charles de Castelbajac © Guilhem de Castelbajac

Cette année la thématique tourne autour des éléments, des « Fantastic Elements ». On retrouve l’eau avec la cascade Bit.Fall de l’artiste Allemand Julius Popp. Nous avions déjà pu la voir lors de Nuit Blanche à Paris. Les arches de l’artiste français Vincent Ganivet se joueront elles des lois physiques entretenues entre des matières brutes, en apparence lourdes, et l’air. Art Rock va aussi accueillir la magnifique œuvre Three Women du grand Bill Viola. Le Grand Palais, à Paris, a d’ailleurs consacré à l’artiste américain une rétrospective en 2014. Bien d’autres artistes contemporains seront présents lors de l’événement. Et la Compagnie Carabosse sera en charge des spectacles de rue.

Art Rock n’est pas un simple hôte, le festival s’investit aussi dans la création. Je me souviens d’un concert audacieux et hallucinant de Air, accompagné par The Hot Rats. C’était une interprétation intégrale de la bande originale que le duo Versaillais avait composée pour le film Virgin Suicides, de Sofia Coppola. Cette année, c’est Peter Von Poehl qui s’entoure de deux chorégraphes, Héla Fattoumi et Eric Lamoureux, pour une création originale, Sympathetic Magic. Quelle est l’implication du festival dans ces créations ?

L’implication est diverse en fonction des besoins. Elle peut se traduire par un apport financier, par un accueil en résidence, comme pour Air. L’implication peut être plus légère aussi, en mettant en place un système de coproduction. L’important est que nous ayons toujours des choses singulières à proposer, peu importe les moyens nécessaires pour y arriver. Si le festival est en mesure de s’impliquer, il s’impliquera.

Et Rock’n Toques, c’est quoi ?

L’idée a germé dans la tête de chefs de Saint-Brieuc qui assistaient au festival, en spectateurs, comme de nombreux Briochains. Ils sont venus me voir, il a quelques années, en me disant que la galette saucisse c’était sympa, mais qu’ils avaient, eux aussi, des choses à raconter, des émotions à partager, par la gastronomie. Nourrir des festivaliers avec des plats gastronomiques était un réel défi. Au fil des années nous avons trouvé un rythme impeccable et implacable qui nous permet actuellement de sortir 18.000 plats le temps d’une édition, grâce aux chefs et à leurs brigades de 140 personnes.

Cette édition de Rock’n Toques aura-t-elle un plat végétarien ?

Oui, grâce à Julien Doré qui travaillera avec Nicolas Adam, chef étoilé à la Vieille Tour, autour d’un burger végétarien.

adscite-musique-art-rock-rockntoques-olivier-marie

Rock’N Toques © Olivier Marie – Goûts d’Ouest

CONCOURS

Au programme, deux soirées, le vendredi 2 juin avec, entre autres, Jagwar Ma, La Femme, The Kills, Cassius et La Poison et le dimanche 4 juin avec, entre autres, Abra, Thomas Azier, ArchiveMetronomy, Agar-Agar et No-Zu.

Interview de Jagwar Ma – adscite
Interview de La Femme – adscite
Agar-Agar x Sequence – adscite

Photo de couverture © Morgane Sizun

Festival Art Rock
du 2 au 4 juin 2017
Saint Brieuc
Site du festival

Alexandre Fisselier


Comments

  1. trop bon ce festival j y vais tous les ans j ai deja ma place pour le dimanche .
    encore un week end en feu sur st brieuc.
    a bientot musicalement votre

  2. Sophie Pertuisel : mai 31, 2017 at 11:28

    J’aimerais tellement gagner une place le dimanche pour voir Metronomy 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *