Restaurant Paris – Peco Peco


À deux pas du Zarma, dans le South Pigalle, Peco Peco, accueille entre ses murs blancs et sa « non déco » les amateurs de cuisine japonaise sur une dizaine de tables. Ici, ni poisson froid, ni riz vinaigré, mais des propositions chaudes, gourmandes et variées. Le midi pour les plus pressés des carnivores le katsu-sandwich au porc pané, choux rouge et sauce bulldog maison est proposé entre les différentes suggestions de donburi. Ces derniers signifient bol en japonais et sont les cousins chauds, et non assaisonnés, du chirashi. Le donburi est le plat à faire en cas de manque d’inspiration : un simple bol de riz à sushi chaud dissimulé sous n’importe quel aliment sans réelle distinction fait très bien l’affaire. Mais chez Peco Peco, la cuisine ne manque pas d’imagination et s’applique à faire des donburi assez complexes…

adscite-gastronomie-peco-peco

Seul, je m’installe au comptoir en vis-à-vis de l’espace cuisine où évoluent, à cinquante centimètres de moi, les deux cuistots. Je commande la formule déjeuner avec entrée, plat et boisson à 13,5€.

Pour commencer, on me propose une salade de cha soba, accompagnée de choux rouge et blanc, de carottes râpées, de mâche et de graines de tournesol, le tout nappé dans une sauce maison assez ronde. Le soba, qui signifie littéralement sarrasin en japonais, est la pâte la plus consommée du Japon, devant les udon. La pseudo-céréale, appelée à tort blé noir, se consomme également en infusion, avec le très bon sobacha thé de sarrasin torréfié – ou kasha –, à ne pas confondre avec les cha soba, des pâtes soba au thé vert. Bref ! Ma salade est fraiche, la sauce lie le tout avec délice, c’est copieux sans étouffer. Verdict, ce premier plat Peco Peco est très honnête.

adscite-gastronomie-peco-peco-entrée

Arrive alors le donburi veggie, bien chargé. Un épais curry de patates douces couvre un bon tiers du plat, le reste de la partie visible est composée de pois chiche et tofu, de choux blanc et rouge, ou encore de carottes râpées et morceaux de concombre. Je commence par piocher les bouts de concombre croquants afin de les manger avant de tout mélanger sans manière. L’odeur est bien trop engageante pour prendre le temps de tout brasser avec grâce. Mes baguettes entremêlent tous les éléments du donburi, le riz apparaît parsemé de lentilles diverses. Le curry enveloppe de son parfum chaque bouchée, toutes délicates et généreuses en saveurs.

adscite-gastronomie-peco-peco-vege

À la fin du bol mon appétit est assouvi, à la limite du « trop », les petits creux seront vite comblés. Pas de place pour un dessert, dommage pour eux, peut-être pour moi, pour le savoir il faudra revenir chez Peco Peco, et là… tant mieux pour moi !

Peco Peco est une adresse à retenir pour sa cuisine japonaise réconfortante et pleine de saveurs. Le service est rapide et malgré la configuration réduite de l’espace on ne se sent pas trop les uns sur les autres, et le brouhaha n’est pas harassant. Addenda sympa, la douloureuse est bien moelleuse.

Peco Peco

47 rue jean baptiste pigalle
Paris 19e
+33 1 53 16 19 84

Pigalle, Blanche, Saint-Georges
Ouvert du mardi au vendredi le midi (12h-14h)
et du mardi au samedi le soir (19h-22h)

Alexandre Fisselier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *