Restaurant Paris – Zoé Bouillon


En descendant la rue Pradier, dans le 19e arrondissement, j’aperçois vite en aval le restaurant Zoé Bouillon, son habillage bleu, à double vitrines estampillées « sur place » et « à emporter », est encadré d’un panneau Stop et d’un bureau Europe Écologie Les Verts. Immanquable. En poussant la porte je découvre un petit monde d’habitués. Ouvriers et banquiers, communicants et commerçants, solo, duo ou multi, tous sont posés et affermis sur des chaises et banquettes bistro autour de tables troquet, entourés d’un mur en pierre, d’étagères pour bouquins, d’ardoises et de tableaux, de carrelage damier marron et beige au sol. Le ton est donné. Au fond à droite, un bar sert et encaisse les clients tout en convivialité. Devant moi, dans la file, un bref échange à base de « Je vous dois 1,5€… », « Non, gardez la monnaie » et « Allez manger en premier, nous verrons pour le pourboire après »  ponctue l’idée que le client peut se faire de la maison.

La salle de Zoé Bouillon © adscite

La salle de Zoé Bouillon © adscite

L’ardoise du jour propose deux salades, une riche au foie gras et une polenta-houmous, deux cakes salés, un chèvre-pruneaux et un parmesan-chorizo-cumin, une soupe artichaut et pesto d’olives, un zandwich galette berbère au saumon fumé maison, chèvre frais, aubergine grillée et verdure, deux plats chauds, un couscous végétarien potiron-patate douce et des lasagnes à la bolognaise et champignons. Les quatre propositions de desserts se divisent en deux gâteaux, un cake pomme-raisin-rhum et un moelleux au chocolat, et en deux entremets, un crumble aux pommes et une fine semoule à la fleur d’oranger. Difficile de ne pas trouver son contentement chez Zoé Bouillon. Le mien réside dans la formule Souper’man à 14,5€ avec deux entrées et un plat chaud.

Je m’installe à une table libre avec mon plateau et entame la généreuse et goûteuse soupe d’artichaut, aux bons morceaux d’olives piquetés toutes les deux cuillères, j’apprécie fortement cet antipasto liquide. Je croque une bouchée sur l’une des deux parts de cake chèvre-pruneaux, très moelleux, tant par la texture que par le goût, presque un dessert, je me réserve la seconde tranche pour la fin de repas. Enfin, j’attaque le copieux couscous végétarien. Sa semoule est très fine, bien égrainée, et la palette de légumes est ample, potiron et patate douce, je le savais, mais aussi haricots verts, carottes, navets, courgettes, pois gourmands, céleris et pois chiches. Des herbes et le jus des légumes forment une bonne base de sauce pour arroser la semoule. Seule reproche, peut-être un léger manque d’épices pour le couscous, mais c’est tout.

adscite-gastronomie-restaurant-zoe-bouilon-couscous

Couscous végétarien potiron-patate douce © adscite

Zoé Bouillon, avec son ambiance amicale est la cantine que l’on aurait tous rêvé d’avoir enfant, avec une cuisine franche, variée et peu coûteuse. Et les propositions végétariennes sont très estimables, alors oui, j’y retournerai chez Zoé Bouillon !

www.zoebouillon.fr

Alexandre Fisselier

Share

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *